Diocèse de Rouyn-Noranda

Extrait du site Web

La parole est à Monseigneur

La religion, une affaire privée ?

8 octobre 2007

Dans tout le débat actuel sur les accommodements raisonnables, les forums de citoyens animés par la Commission Bouchard-Taylor nous donnent d’entendre nombre de gens s’exprimer sur des enjeux de notre société. Dans ces partages, un point qui revient souvent est l’affirmation nette que la religion est une « affaire » privée ! Je pense que l’on confond morale et religion. Et je peux comprendre que l’on veuille préserver la laïcité des institutions.

La morale renvoie en définitive à la conscience personnelle et l’on peut souhaiter que celle-ci soit bien éclairée. Mais la religion est vraiment plus large. Comme le mot le dit bien, la religion est ce qui nous relie à Dieu. Elle constitue un ensemble de croyances et de pratiques relatives au divin. Elle est en quelque sorte « une alliance ».

Vécue en société, en Église, la religion a une dimension essentiellement collective et communautaire. Elle a donc un rayonnement qui est de l’ordre du témoignage. Rien n’est donc plus faux que d’affirmer qu’elle est uniquement de l’ordre du privé. On voudrait peut-être la reléguer à ce niveau, mais ce serait contraire à son essence même.

À l’origine, Dieu appelle un peuple et lui propose un code de vie pour être fidèle à son appel. Les personnes qui répondent fidèlement à cette proposition le font personnellement, oui, et par conviction personnelle, c’est certainement souhaitable. Mais leurs comportements religieux imbibent leur milieu de vie et le transforment comme par pénétration. C’est en ce sens que l’Évangile dit : « Vous êtes le sel de la terre et la lumière du monde » (Mt 5, 13-14). La dimension communautaire de la religion doit pourtant être exercée dans le respect et le dialogue afin de favoriser le « vivre ensemble » dans la société.

La religion aurait-elle été indigeste aux Québécois au point qu’on veuille la rejeter purement et simplement ? Ne pourrait-on pas plutôt lui laisser sa force de levier et de persuasion pour pénétrer toutes les sphères de l’activité humaine afin qu’elles ne soient pas des mondes clos et fermés. L’homme n’est grand que devant Dieu ! Et il faut en témoigner ouvertement.

Chronique de Mgr Dorylas Moreau publiée dans L’Église de Rouyn-Noranda, vol. 8, n° 2, octobre 2007

Haut de la page

Flux RSS 2.0 | Nos coordonnées | Plan du site | Crédits | Espace privé | License Creative Commons