Diocèse de Rouyn-Noranda

Extrait du site Web

La parole est à Monseigneur

Pour une Église servante et pauvre

14 avril 2013

Nous nous rappelons cette visée fondamentale qui animait l’Église, à l’issue du concile Vatican II en 1965. Du moins les personnes actuellement de plus de soixante ans s’en souviennent ; les plus jeunes peuvent en avoir entendu parler s’ils s’y sont intéressés. En tous cas, les mots « pauvreté » et « service » étaient alors sur toutes les lèvres. Ils visaient la structure de l’Église évidemment, le style d’évangélisation, la qualité du témoignage, le ton des interventions et la pastorale générale.

Sous les pontificats de Jean XXIII et de Paul VI, le ton était donné. Avec le temps, d’autres besoins sont venus s’imposer. Avec l’élection récente du pape François, tous les espoirs sont de nouveau permis. Il est sans doute encore trop tôt pour annoncer cette mise en œuvre en faveur d’une Église plus pauvre et plus servante, mais les premiers pas, les paroles ainsi que les premiers gestes du nouveau pasteur permettent d’accentuer cette vision. « Comme je voudrais une Église pauvre pour les pauvres », a dit le Saint-Père François dès son arrivée comme évêque de Rome et successeur de Pierre. Ses mots ont des accents programmatiques ou indicateurs de voies qu’il entend privilégier. Dans l’homélie prononcée lors de la messe inaugurale de son ministère, dans un ton accessible à tout le monde, il précise de plus que le plus grand pouvoir dans l’Église, c’est celui du service d’amour. Et nous voilà de nouveau engagés résolument dans la poursuite de ce qui a soulevé les esprits à la suite de Vatican II.

L’Église de notre temps, après un long hiver, est prête pour un temps de fraîcheur et de nouvelle espérance. Les charismes du nouveau pasteur de l’Église universelle ont touché tous les esprits, ces dernières semaines. Et ils indiquent un nouveau vent de l’Esprit qu’il nous est bon de respirer profondément.

Nous venons de vivre les fêtes pascales. Nous avons célébré la présence vivante et centrale du Christ toujours proche de nous. Il veut renouveler son peuple. C’est toujours le même Esprit Saint qui travaille à travers les siècles et les mouvements successifs. Comme les vagues incessantes de la mer, tantôt fortes et vives, tantôt calmes et reposantes, le message du Christ se propage partout. Quant à nous, allons-nous nous engager plus fermement dans ces voies qui interpellent à toujours mieux faire connaître le Christ ? Je nous le souhaite vivement. Avec le pape François, soyons témoins de la réalité vivante du Christ. En avant... Vivons dans l’espérance et l’optimisme ! Jésus est avec nous. Bon temps pascal.

Une chronique de Mgr Dorylas Moreau publiée dans L’Église de Rouyn-Noranda, vol. 13, no 8, avril 2013.

Haut de la page

Flux RSS 2.0 | Nos coordonnées | Plan du site | Crédits | Espace privé | License Creative Commons