Diocèse de Rouyn-Noranda

Extrait du site Web

La parole est à Monseigneur

« Douce et réconfortante joie d’évangéliser »

23 mai 2013

Cette très belle expression est du pape François, dans une intervention précédant immédiatement le conclave qui l’a élu. En cette Année de la Foi où le souci d’évangélisation est à l’ordre du jour de toutes nos rencontres pastorales, l’expression a quelque chose d’inspirant.

J’ai remarqué que la joie chrétienne est évoquée plus souvent ces dernières années, et ces derniers mois en particulier. C’est peut-être pour contrer une certaine morosité que l’on peut déceler dans le monde actuel jusque dans certains secteurs de l’Église. Il y a tant de personnes blessées par la rudesse de la vie et malmenées par les surcharges d’une existence débordante d’activités de toutes sortes. Sans parler de la pauvreté, de la misère et du mal de vivre qui assaillent tant de nos sœurs et de nos frères souvent oubliés.

Paul VI avait fait de la joie chrétienne le thème majeur d’une des plus belles exhortations apostoliques de son pontificat, en 1975. Quand cette lettre parut, montrant que Jésus était source de joie et de bonheur, aussi invraisemblablement que cela puisse paraître dans un monde déjà largement sécularisé, son contenu fit grand bruit et beaucoup d’effet.

On ne peut proclamer vraiment la parole du Christ sans que ce message transfigure celles et ceux qui l’entendent. La joyeuse prédication et l’ardeur du témoignage de gens heureux favorisent la transfiguration de la vie et apportent la lumière aux assoiffés d’amour. Bien parler du Christ jaillit d’un cœur émerveillé, purifié et capable de compatir au désarroi des autres, du prochain en particulier. En outre, la véritable joie intérieure contribue à appeler d’elle-même pour se mettre au service du Seigneur, peut-être même pour certains ou certaines jusqu’à donner leur vie au Seigneur. La vraie joie a une force d’attraction certaine. Les jeunes ne peuvent suivre les gens tristes, angoissés, moroses et toujours pressés.

Nous venons de vivre la journée mondiale des vocations, le dimanche 21 avril dernier. Ce fut une occasion favorable pour interpeler à suivre le Christ. Ces appels peuvent résonner peut-être comme une « pro-vocation », au sens littéral de ce mot : pour obtenir des vocations spécifiques au sacerdoce, à la vie consacrée ou à une vie d’époux qui a mission spécifique de signifier l’amour que Dieu porte à chaque personne.

On le voit : la « douce et réconfortante joie d’évangéliser » est essentielle à la vie de l’Église, pour que le monde ait la vie, et une vie abondante. Bon printemps. Sous le signe de la joie chrétienne, bon renouveau de vie en même temps que celui de la nature qui s’éveille et s’active à la suite d’un long hiver.

Une chronique de Mgr Dorylas Moreau publiée dans L’Église de Rouyn-Noranda, vol. 13, no 9, mai 2013.

Haut de la page

Flux RSS 2.0 | Nos coordonnées | Plan du site | Crédits | Espace privé | License Creative Commons