Diocèse de Rouyn-Noranda

Extrait du site Web

La parole est à Monseigneur

« Venez à l’écart... et reposez-vous un peu » (Marc 6, 31)

18 juin 2013

Cette simple invitation se trouve dans l’évangile. Elle est faite par Jésus au moment du retour de mission des disciples. « Venez à l’écart, dans un endroit désert. » C’est une affectueuse sollicitude de Jésus. Il comprend de l’intérieur la rudesse de la mission que les siens viennent de compléter. Cette simple scène est une réalité tangible, une illustration même de l’amour compréhensif de Jésus.

Si nous scrutons cette parole de plus près, nous comprenons qu’il ne s’agit nullement d’une simple invitation à l’évasion, mais d’un temps d’arrêt pour revenir à la même mission, mais différent, reposé et capable de nouveaux défis. Après avoir vibré à Celui qui est source vive.

L’écart et le désert. Nous avons tous besoin de cette totale rupture pour refaire le plein. Il ne nous est pas demandé de tout arrêter et de ne rien faire. Ce ne serait pas si drôle. Celles et ceux qui sont au « repos complet » savent bien que c’est pénible parfois de s’y tenir. Non ! Jésus dit seulement, en douce amitié, avec tant de sagesse : « Venez, reposez-vous un peu... »

Il faut donc consentir à lever le pied de l’accélérateur, guérir quelques jours de fièvre, ne plus tant regarder la montre. Et plus encore : écouter en nous le rythme silencieux du temps, le retentissement des paroles qui viennent de plus loin que de l’immédiat. Écouter la respiration imperceptible de Celui qui a mis le souffle en nos poitrines. Temps pour s’accorder du temps. Jésus sait bien qu’on a besoin parfois de s’agiter, de courir, de se distraire, même d’angoisser et de se préoccuper. Mais il sait aussi que tout humain a besoin de se réfugier dans le calme pour écouter battre le cœur de Dieu, le cœur de la Vie... et d’un Amour qui ne se comprend souvent que dans le silence.

En ces mois d’été où, vraisemblablement, beaucoup d’entre nous prendrons quelque temps d’arrêt, communément appelé « vacances », je souhaite à tous les baptisés de notre Église un véritable bain de Dieu où nous devenons plus sensibles à la vie qui est en nous comme autant de douceurs qui nous recréent. Bonnes et reposantes vancances.

Une chronique de Mgr Dorylas Moreau publiée dans L’Église de Rouyn-Noranda, vol. 13, no 10, juin 2013.

Haut de la page

Flux RSS 2.0 | Nos coordonnées | Plan du site | Crédits | Espace privé | License Creative Commons