Diocèse de Rouyn-Noranda

Extrait du site Web

La parole est à Monseigneur

Ce qui manque, c’est l’humilité...

29 octobre 2013

Quelle est la raison pour laquelle certains voient et trouvent Dieu, alors que d’autres pas ? Qu’est-ce qui manque à celles et à ceux qui restent indifférents ou distants, agnostiques ou même athées ?

L’approche psychologique nous apprend justement que nos choix et nos manières d’être sont loin d’être toujours bien éclairés et pleinement conscients. Malgré tout, parmi de multiples raisons, nous pouvons pointer et avancer celle-ci : peut-être avons-nous trop d’assurance en nous-mêmes jusqu’à l’arrogance, la présomption de bien connaître la réalité de Dieu et de la mission de l’Église jusqu’à ne plus pouvoir nous laisser surprendre par son Esprit, la prétention d’avoir le dernier mot sur le « comment faire » ou les modalités de l’évangélisation. Cette sorte d’autosuffisance ne peut que fermer le cœur et nous garder insensibles aux appels de Dieu et de l’Église.

Ces frères et sœurs sont sûrs de l’idée qu’ils se sont faite du monde et ne se laissent plus atteindre par ce Dieu qui veut les rencontrer. Nous savons bien que personne n’échappe totalement au narcissisme ou au culte exagéré du « moi ». Mais en définitive, il me semble que ce qui manque, c’est l’humilité authentique. L’humilité du cœur. Cette humilité véritable permet de reconnaître que Dieu peut agir en nous jusqu’à se faire petit pour s’approcher de nous. Être enfant dans son cœur, ce n’est pas de l’infantilisme ; c’est plutôt ce qui forge notre capacité de changer, de nous convertir, de nous émerveiller et de sortir de nous-mêmes pour nous remettre en route sur le chemin que l’étoile indique, le chemin de Dieu.

Alors que nous vivons en Église ce mois d’octobre, désigné traditionnellement comme mois de Marie, Mère de l’Église, en raison de la solennité de Notre-Dame-du-Rosaire que nous avons soulignée le 7 octobre dernier, laissons-nous inspirer et guider par le témoignage de la mère de Jésus. L’évangile nous la présente toujours comme celle qui est en route, la toute aimante, l’humble servante ouverte constamment aux desseins du Seigneur. Marie est l’étoile de la nouvelle évangélisation.

En ce mois de la Mission, soyons aussi assez humbles pour nous approcher de toute personne en quête d’amour, de paix et de justice. Osons proposer la nouveauté de l’évangile que nous ne pouvons accueillir et annoncer que dans un cœur purifié, humble et converti. Bonne mission, au service de l’amour.

Une chronique de Mgr Dorylas Moreau publiée dans L’Église de Rouyn-Noranda, vol. 14, no 2, octobre 2013.

Haut de la page

Flux RSS 2.0 | Nos coordonnées | Plan du site | Crédits | Espace privé | License Creative Commons